Les Secrets pour une Nuit de Qualité & sans Somnifères

Les troubles du sommeil, quelle que soit leur étiologie, sont de plus en plus fréquemment rencontrés par les médecins et autres prestataires de soins de santé. Selon les données du Center for Disease Control (CDC), jusqu’à environ 12 millions de français souffrent de problèmes de sommeil chroniques

La fatigue et la somnolence diurne ne sont pas spécifiques de l’insomnie. La somnolence diurne est connue pour être associée à différentes circonstances dont l’insuffisance de temps de sommeil (sans altération de sa qualité comme dans l’insomnie), l’hypersomnie due à la prise de médicaments ou de substances psychoactives, les troubles respiratoires liés au sommeil (SAS), la narcolepsie ainsi que diverses pathologies (neurologiques, psychiatriques, infectieuses, métaboliques, endocriniennes, traumatiques, etc.).

Les troubles du sommeil sont également souvent associés à d’autres problèmes, notamment la douleur chronique, les troubles gastro-intestinaux [ 17 ] Malheureusement, indépendamment de la prévalence élevée et des graves conséquences sur la santé, les troubles du sommeil ne sont souvent pas diagnostiqués et sont largement sous-traités.

les pouvoirs de la mélatonine

La mélatonine est une hormone sécrétée par la glande pinéale en réponse à l’obscurité, d’où le nom d’ hormone de l’obscurité . Elle a suscité un grand intérêt en tant que modalité thérapeutique pour diverses maladies, en particulier les troubles du sommeil. Cette molécule pléiotropique possède des propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et anticoagulopathiques

Un peu d’histoire…

En forme de pomme de pin, l’énigmatique glande pinéale profondément ancrée dans le cerveau a enflammé l’imagination des érudits et des philosophes ainsi que des spirituels de diverses cultures à travers les générations et a été surnommée le «troisième œil» et «le siège de l’âme» par René Descartes et a été conceptualisé comme un «organe tranquillisant» [ 1 , 2 ]

Associée à la Longévité, et au processus de vieillissement…

Fait intéressant, les chercheurs ont suggéré que la glande pinéale et son produit hormonal, la mélatonine, pourraient être associés à la longévité [ 3 , 4 ] et que le dysfonctionnement de la glande pinéale et l’échec éventuel sont ce qui initie le processus de vieillissement [ 5].

Comment stimuler la glande pinéale naturellement pour retrouver le sommeil ?

Voici une liste de produits naturels pour vous aider à retrouver vous nuits :

  • La cerise griotte

L’an dernier, des chercheurs de l’Université de Louisiane (États-Unis) ont publié une étude démontrant l’effet positif du jus de griottes sur le sommeil: une prise quotidienne de 500 millilitres pendant au moins deux semaines permet d’allonger la durée du sommeil de 60 à 90 minutes et d’améliorer sa qualité chez les personnes insomniaques

Non seulement, la chair de cette petite cerise acidulée est source de mélatonine, une hormone importante pour le cycle veille-sommeil, mais elle contient aussi des proanthocyanidines, des antioxydants qui déclenchent la synthèse de sérotonine (un neurotransmetteur responsable de l’endormissement) en inhibant la dégradation du tryptophane, son précurseur.

  • Griffonia simplicifolia pour lutter contre l’insomnie. Cette légumineuse, originaire d’Afrique, produit des graines qui contiennent du 5-Hydroxytryptophane, un précurseur immédiat de la sérotonine. L’extrait sec de griffonia en gélules est également utilisé avec succès dans le traitement de la dépression nerveuse.
  • H.E de mélisse

La valériane est depuis la nuit des temps un remède infaillible pour calmer les nerfs et prodiguer un bon sommeil. Pour certains l’effet est immédiat, mais parfois on ne voit de bons résultats qu’après trois semaines de cure. Elle est souvent associée à l’aubépine et à la passiflore, des sédatifs cardiaques doux qui aident à lutter contre palpitations et hypertension. Quant à la mélisse officinale, ses bienfaits contre le stress et l’insomnie

  • Bras de Morphée

Pour une bonne nuit de sommeil réparateur, il est important d’arriver à se relaxer avant de tomber dans les bras de Morphée. On peut alors compter sur les effluves parfumés de plusieurs plantes. L’huile essentielle de fleurs d’oranger amer (Citrus aurantium ou bigaradier) utilisée en massage, en mélange avec une huile neutre (amande par exemple), a un effet apaisant pour le système nerveux. En infusion, les fleurs donnent une tisane qui calme l’irritabilité.

  • La lavande, qui sent bon le frais et le propre, est un remède traditionnel contre l’insomnie. Utilisée pour parfumer draps et tiroirs, glissée en fleur dans les oreillers ou appliquée sur les tempes et les poignets sous forme d’huile essentielle, son action sédative a été démontrée par de récents travaux scientifiques

Du café pour dormir ?

Il pourrait calmer l’hyperactivité qui vous empêche de dormir !

Cela est vrai, mais sous une seule forme…

Le remède homéopathique,

Coffea Cruda, dont la souche est issue du caféier, est particulièrement efficace contre les insomnies, notamment les insomnies liées à l’anxiété et à l’agitation.

Si au moment du coucher, vous ruminez ou que “ça tourne en boucle” :
Optez pour Coffea Cruda 9 CH, à raison de 5 granules avant le dîner.

Vous prendriez bien une tasse de thé alors ?

Si vous êtes plutôt thé blanc, noir ou matcha, j’ai une bonne nouvelle pour vous.

Ces thés contiennent un acide aminé, la L-théanine, qui a un effet relaxant très puissant.

Le thé a été associé avec de nombreux bénéfices mentaux : attention améliorée, clarté d’esprit, relaxation

Toutefois, le thé contient aussi de la théine – la même molécule que la caféine (1,3, 7— triméthylxanthine), à la différence près que plus on laisse infuser son thé, moins il contient de la théine & moins il sera stimulant.

Ma recommandation :
Après 17 h, n’y renoncez pas définitivement. Faites infuser votre thé une première fois, puis jetez l’eau, et faites infuser de nouveau. Cette méthode est sans danger pour vos nuits !

Pour stimuler naturellement la production de mélatonine, intégrez à vos repas du soir

  • Des tomates,
  • Des flocons d’avoine,
  • Des bananes,
  • Des cerises.

Ces aliments favoriseront votre endormissement.

Et pour une stimulation maximale, dormez dans le noir le plus complet, ou avec un masque de nuit.

Car sa sécrétion est bloquée par la lumière !

Certaines études ont démontré que le CBD peut également être un somnifère.

Au cours de la dernière décennie, l’intérêt croissant du public pour les avantages de la marijuana, et du CBD en particulier, a encouragé les chercheurs à étudier ses effets.

Les premières études indiquent que des doses adaptées de CBD peuvent favoriser le sommeil.

Une analyse plus récente du CBD et du sommeil a recruté 103 participants souffrant d’anxiété ou de troubles du sommeil. Les chercheurs ont étudié les effets du CBD combinés à ceux d’autres médicaments prescrits.

Les doses de CBD allaient de 25 à 175 mg. Les chercheurs ont découvert que 25 mg était la dose la plus efficace contre l’anxiété et que la lutte contre les troubles du sommeil nécessitait des doses plus élevées.

Au cours de l’étude de 3 mois, les chercheurs ont effectué un suivi mensuel avec les participants. Au premier suivi, 66,7% ont signalé une amélioration du sommeil, mais 25% avaient un sommeil identique. Lors de la seconde, 56,1% des participants ont signalé une amélioration du sommeil, mais 26,8% avaient aucun effet.

Les chercheurs concluent que bien que le CBD puisse aider les gens à dormir à court terme, pour des effets durables d’autres moyens doivent être mis en place.

Retrouvez plus d’infos sur les bienfaits du cannabidiol sur le sommeil

sources :

  1. Booth FM. The human pineal gland: a review of the “third eye” and the effect of light. Aust N Z J Ophthalmol. 1987;15:329–336. [PubMed] [Google Scholar]
  2. Romijn HJ. The pineal, a tranquillizing organ? Life Sci. 1978;23:2257–2273. [PubMed] [Google Scholar]
  3. Srinivasan V, Cardinali DP, Srinivasan US, Kaur C, Brown GM, et al. Therapeutic potential of melatonin and its analogs in Parkinson’s disease: focus on sleep and neuroprotection. Ther Adv Neurol Disord. 2011;4:297–317. [PMC free article] [PubMed] [Google Scholar]
  4. Oaknin-Bendahan S, Anis Y, Nir I, Zisapel N. Effects of long-term administration of melatonin and a putative antagonist on the ageing rat. Neuroreport. 1995;6:785–788. [PubMed] [Google Scholar]
  5. Rozencwaig R, Grad BR, Ochoa J. The role of melatonin and serotonin in aging. Med Hypotheses. 1987;23:337–352. [PubMed] [Google Scholar]
  6. Skaer TL, Sclar DA. Economic implications of sleep disorders. Pharmacoeconomics. 2010;28:1015–1023. [PubMed] [Google Scholar]